La Dame de Saint-Lunaire

La Chronique confinée

La Dame de Saint-Lunaire
La Dame de Saint-Lunaire
Agathe Oléron, la réalisatrice du film, partage avec vous quotidiennement un élément inédit de l’histoire de Jeanne Devidal.
La Dame de Saint-Lunaire
illustration chronique
Voici le point de vue du jardin des voisins Ty Minouck (famille de Cédric Jamet) sur la construction de Jeanne Devidal en 1988.

On y voit la souche du cèdre qui s’était « couché » sur la Villa Houlala lors de la tempête de 1987 (cf Chronique du 13 mai 2020).

© Photographie d’Olivier Tric, mars 1988, boulevard des Tilleuls à Saint-Lunaire

 

illustration chronique

Maintenant que nous sommes déconfinés, il vous sera peut-être possible de voir à quel point la construction actuelle du boulevard des Tilleuls à Saint-Lunaire ressemble à la première maison de Jeanne Devidal, la Villa Houlala achevée en 1950.

Ici, sur la photographie de gauche, on retrouve bien, sous toutes ces couches retirées, le pavillon central qu’elle avait fait construire en 1950 et dont je vous ai montré les plans dessinés par elle-même en 1949 (cf Chronique du 31 mars 2020) : regardez la forme des ouvertures, leur emplacement… Ce sont bien les mêmes que ceux d’aujourd’hui.

© Famille Devidal et Agathe Oléron

illustration chronique
Voici 3 dessins de Jeanne Devidal disposés côte à côte pour des besoins d’insertion dans mon film « La Dame de Saint-Lunaire ». Il s’agit à nouveau de 3 dessins au crayon bic et au crayon à papier au dos des cartes de sa boutique « Chez Jeannette », comme présentés lors de mes chroniques précédentes (1er mai, 28 mars, etc.), au format 118×79 mm. © famille Devidal
J’y vois des personnages de tragédies grecques et au centre un ange… Mais peut-être les ai-je disposés à l’envers ? A vous de me dire ce que vous y voyez…
Très Bonne Soirée !

 

illustration chronique

Voici Jeanne Devidal, tout à gauche sur la photo de gauche (et en haut avec son petit béret sur la photo de droite), en visite sur un autre site d’Art Brut : celui des Rochers sculptés de l’Abbé Fouré à Rothéneuf !
En mars 1992, alors qu’elle vit depuis un an au foyer logement de Saint-Briac-sur-Mer, Pierre-Frédéric et Mercedes Proteau, ses neveux, lui rendent visite et vont en balade à Saint-Malo ! Jeanne a alors 84 ans : est-ce la première fois qu’elle visite ce site d’Art Brut incontournable qui n’est pourtant qu’à une vingtaine de kilomètres de chez elle ?

 

© Famille Devidal

 

 

illustration chronique

Saviez-vous que les 15 et 16 octobre 1987, une tempête d’une extrême violence a frappé le nord-ouest de la France, puis l’Angleterre ? Des vents jusqu’à 220 km/h ont dévasté la Bretagne et la Normandie, tué 15 personnes en France et 19 en Angleterre.
A Saint-Lunaire, villa Houlala, un immense cèdre s’est abattu sur la maison de Jeanne Devidal…

Extrait de l’Expertise concernant l’immeuble de Mademoiselle DEVIDAL, Boulevard des Tilleuls à SAINT-LUNAIRE, arrêté du 15 octobre 1990 : « Un arbre important a été déraciné lors d’une récente tempête, et il s’est appuyé sur la façade arrière de l’ancienne maison. »

© Photographie d’Olivier Tric, mars 1988, boulevard des Tilleuls à Saint-Lunaire

 

 

Plus récentes Plus anciennes